Pacemakers pour les arythmies cardiaques

Dr Jean-François Roux, MD, FRCPC, cardiologue, parle des pacemakers pour les arythmies cardiaques.

Loading the player...

Dr Jean-François Roux, MD, FRCPC, cardiologue, parle des pacemakers pour les arythmies cardiaques.
1595 Views
Share
Video transcript

Dr. Jean-Francois Roux, MD, FRCPC, Cardiologue

Duree: 3:09

Un pacemaker permanent est un appareil qui permet d’empêcher que la fréquence cardiaque ralentisse de façon trop importante. C’est un phénomène qui peut arriver quand on avance en âge. Le plus souvent le système électrique cardiaque naturel qui est responsable de faire en sorte que nos battements cardiaques ne soient pas trop lents, pas trop rapides, peut se fatiguer, peut s’user prématurément, et quand ça arrive et que la fréquence cardiaque devient trop lente, ça peut amener des symptômes comme des étourdissements, la perte de conscience, l’essoufflement ou encore la fatigue.

Quand on a un tel problème, la solution c’est d’implanter un pacemaker permanent, une batterie avec un ordinateur qui est connecté avec un ou deux petits fils que l’on va amener au niveau des cavités cardiaques en passant par la veine sous-clavière, celle qui passe sous la clavicule. Habituellement, on va installer l’appareil du côté gauche, on fait une petite incision d’environ 3 ou 4 cm, on va faire la ponction dans la veine, et une fois que les fils sont en place, on va mettre le boîtier sous la peau, puis on referme ça. La procédure du début à la fin prend environ 30 à 45 minutes. Quand on a un pacemaker, on peut vivre une vie normale. Pendant les premières semaines, ça va être un petit peu sensible comme n’importe quelle intervention chirurgicale mineure, mais par la suite il n’y a presque rien dans les activités quotidiennes qu’on ne peut pas faire. On entend souvent des mythes comme le fait qu’on ne puisse plus utiliser de téléphone cellulaire ou le micro-onde, toutes ces histoires sont fausses, les pacemakers modernes sont très résistants aux interférences externes.

La procédure d’implantation d’un pacemaker est relativement simple, mais il y a quand même certains risques de complications d’environ 2%, un petit risque d’infection autour de 1 %, mais on donne des antibiotiques pour prévenir ça au moment de la procédure. Il y a un risque de saignements qui est faible, encore à inférieur à 1 %, ça risque d’être un peu plus élevé si vous prenez des anticoagulants ou des médicaments antiplaquettaires qui vont éclaircir le sang. Il y a aussi un petit risque d’accrocher le poumon quand on va piquer la veine sous-clavière, le poumon passe tout près. Si notre aiguille accroche le poumon, ça peut faire une fuite d’air, qui ne sera pas mortel, mais qui peut allonger votre séjour à l’hôpital. Finalement le risque de complications très grave comme une perforation cardiaque ou même le risque de mourir est extraordinairement faible, moins de 1/1000. Quand on a un pacemaker, on a besoin d’un suivi qui se ferait dans une clinique spécialisée, qu’on appelle la clinique du pacemaker. Ces suivis se font habituellement aux 6 mois, ou aux années, pour s’assurer que l’appareil fonctionne bien ou que vous n’avez pas développé d’autres problèmes cardiaques comme certaines arythmies qui peuvent être détectées par l’appareil.

La plupart des systèmes modernes permettent aussi d’être suivi à distance, c’est-à-dire que vous avez un dispositif à la maison qui communique avec votre pacemaker et qui peut communiquer directement à la clinique s’il y a un problème entre les suivis en personne. Si vous voulez plus d’informations à propos du pacemaker permanent, parlez-en à votre médecin de famille, à votre cardiologue ou votre cardiologue spécialiste des arythmies cardiaques qui pourrait répondre à toutes vos questions.

Presenter: Dr. Jean-Francois Roux, Electrophysiologist, Sherbrooke, QC

Local Practitioners: Electrophysiologist

This content is for informational purposes only, and is not intended to be a substitute for professional medical advice, diagnosis or treatment. Always seek the advice of your physician or other qualified healthcare professional with any questions you may have regarding a medical condition.